Dans cet article je vous présente une selection subjective de labels techno incontournables qui ont formé ou forment la musique d’aujourd’hui.

La techno d’aujourd’hui est animée par une scène mondiale active et prolifique.

Certains pourraient tomber dans le piège et se mettre à suivre quelques chaînes youtube pour connaître les principales sortie journalière sans avoir à réllement s’interesser aux labels.

Alors qu’en fait derrière un label il y’a une histoire, il y’a des artistes réunis autour de valeurs communes, et il y’a surtout des pépites qui n’attendent que vous pour être diggées.

Beaucoup de labels sont vraiment interessants et certains ont créé des courants musicaux, ça serait dommage de passer à côté ?

Commençons déjà par une (petite) sélection de 10 labels techno qui ont façonné la musique d’aujourd’hui.

Perdez-vous dans leur discographie, vous y trouverez des choses étonnantes !

10 labels techno incontournables

Axis

On ne peut pas parler de techno sans parler d’Axis. Fondé par Jeff Mills, ce label a longtemps été le principal exutoire du pionnier basé à Chicago (mais élevé à Detroit). Sur ces albums (et ceux de producteurs aux idées similaires comme Robert Hood et Claude Young), Mills a poussé la techno dans sa deuxième vague en explorant le style via propre vision de l’espace et du son.

Des sorties essentielles comme The Purpose Maker, Gamma Player et Kat Moda ont donné un aperçu de l’avenir de la dance music qui reste toujours d’actualité.

De même, Mills lui-même a continué à innover à un vitesse remarquable. Au cours de ces dernières années, il a utilisé le label pour fusionner davantage la techno avec ses racines de science-fiction.

Otstgut Ton

Comment ne pas lister Otsgut Ton, ce label de musique électronique allemand fondé en 2005, affilié à la discothèque berlinoise Berghain.

Peu d’endroits sont aussi synonymes de techno et de house que le Berghain de Berlin et son label local, Ostgut Ton. Conçu par le DJ berlinois Nick Höppner, le label du club a été lancé en 2005 et tire son nom de son prédécesseur, l’ancien club Ostgut, ouvert de 1998 à 2003 (il a été détruit pour faire place au controversé espace O2 World sur les bords du Spree).

Vous aimerez également : Comment composer de la musique électronique en 2019 ?

Conçue à l’origine comme un label dédié aux résidents, la politique d’Ostgut Ton a été la clé de son succès. Ce qui rend encore plus célèbre la sélection d’Ostgut, c’est qu’il ne s’est pas limité à des compilations. Le label a sorti un certain nombre de 12 “s, des albums complets (qui comprennent des premières techno célèbres maintenant) et une poignée de projets plus petits pour permettre de faire des rééditions et des éditions limitées ponctuelles. Aucun label n’a autant défini le son de la musique techno dans la ville et dans le monde que Ostgut. En donnant à ses artistes une liberté créative absolue, il a permis à certaines de ses œuvres de devenir plus respectées du genre.

Quelques artistes présents sur le label : Ben klock, Marcel Dettmann, Steffi, Planetary Assault Systems, Shed, Prosumer, Function, Nick Höppner, Kobosil, Tobias, Efdemin…

Pour en savoir plus sur leur direction artistique, n’hésitez pas à visiter le site de Ostgut Ton.

Ce label n’accepte pas les démos et ne donne pas de feedbacks sur les productions, car leur direction artistique est directement liée aux line-up du Berghain / Panorama bar.

R&S Records

Logo du label R&S records
Logo du label R&S records

R&S Records est label indépendant fondé en 1984 à Gand, en Belgique. R&S représente les initiales de Renaat Vandepapeliere et Sabine Maes, le couple qui a créé le label. Celui-ci a d’abord été nommé Milos Music Belgium mais un seul disque est sorti sur le label. Vandepapeliere est passé du DJing au développement du label en réponse à son irritation personnelle avec la scène musicale belge trop commerciale tout en s’inspirant de la New Beat belge à la fin des années 80. R&S Records a eu plusieurs filiales, notamment Apollo Records, qui a été réactivé en 2009.

R&S et ses filiales comprennent des sorties de Lone, Paula Temple, Jaydee, Capricorn, Aphex Twin, Biosphere, C.J. Bolland, Sun Electric, The Source Experience/Robert Leiner, Model 500/Juan Atkins, Silent Phase, System 7, Dave Angel et Ken Ishii.

En 2000, Vandepapeliere a fermé le label. S’adressant à Stuart Aitken en 2009, Vandepapeliere a expliqué les raisons pour lesquelles il l’avait fait. “Je m’ennuyais. J’en ai eu assez. Alors je suis allé faire autre chose. J’ai créé mon haras”.

Après une pause de 2001 à 2006, le label a relancé ses activités à partir de sa base londonienne actuelle avec des nouveautés de James Blake, Delphic, Pariah, Space Dimension Controller, Untold, Blawan, Vondelpark, Radioslave et le retour du modèle 500/Juan Atkins.

Aujourd’hui la direction artistique du label semble se diriger vers des sonorités breakées et Jazzy. A noter l’incroyable sortie de djrum avec “Portrait with firewood”.

Planet Rhythm Records

Planet Rhythm’s est un label techno néerlandais qui appartient actuellement à Triple Vision Music Group. Le label a été fondé par Glenn Wilson au début des années 90 en Suède avec l’aide d’Adam Beyer, Umek, Gaetek, Thomas Krome, Slobodan & Patrick Skoog et de nombreux autres producteurs techno locaux à cette époque.

Le label a ensuite changé de propriétaire autour de 2005 pour continuer à se développer dans sa forme actuelle avec plus de 100 sorties et une liste énorme de producteurs de techno moderne, avec des artistes comme Fanon Flowers, Radial, Bas Mooy, Exium, Scalameriya, Sleeparchive, Yan Cook, TWR72, Emmanuel, Re:Axis, Giorgio Gigli, VSK, DJ Boss, D. Carbone, Christian Wünsch, Matrixxman, Oscar Mulero, Echologist, Woo York et bien plus connus d’autres.

Avec un flux constant de sorties, Planet Rhythm a toujours joué un rôle important, et il continuera d’être un point de repère et d’exploration des frontières de la techno.

Ils continuent de rechercher les talents qui dessineront l’avenir de la musique electronique.

D’après eux, La techno est un concept trop vaste pour se limiter à une seule approche et une seule direction.

Semantica

Logo du label Semantica
Logo du label Semantica

Semantica est de loin un de mes labels techno préférés. Artistes innovants, rythmiques souvent originales et tracks texturées, voici ce qui vous attend chez Semantica Records.

Le label a été fondé en 2006 par Svreca, dj et producteur madrilène. D’après lui, Semantica pourrait représenter “Cette face B d’un vinyle qu’on pourrait initialement ignorer puis qui deviendrait quelques années plus tard une de notre track favorite” (interview complète de Svreca ici).

Le label réunit de nombreux artistes d’exception: Acronym, Aiken, Surgeon, Evigt Mörker, Woo York, Psyk, Pris, Claudio PRC, Oscar Mulero, Reeko, Jonas Kopp, Cio d’or, Varg, Donato Dozzy, Silent Servant… Du très beau monde.

Svreca dit découvrir et accepter de nouveaux artistes sur Semantica uniquement en fonction de ses goûts de DJ et de producteur. Il se dit être très pointilleux sur la sélection des tracks qu’il accepte et avoue même les écouter de nombreuses fois avant d’accepter de les publier.

Tout cela pour être sur que ça ne soit pas une track où l’on se fatigue à l’écoute. Il avoue toutefois ne pas avoir accepté de nouveaux artistes depuis longtemps sans avoir eu déjà une relation avec lui. En d’autres termes, connaître Svreca aide franchement à être accepté par ce label.

Tresor

Tresor est un club underground berlinois créé à la suite de la chute du mur de Berlin dans une ancienne banque juive désaffectée. Depuis 1991, c’est dans ce club que se réunissent les plus grandes pointures mondiales de la musique électronique tels que Jeff Mills, Underground Resistance, Daniel Bell, Blake Baxter, Cristian Vogel, Juan Atkins, Neil Landstrumm, Joey Beltram, Surgeon, The Advent et bien d’autres.

La création d’un “club label” était l’étape logique après la création du club aidée par les contacts croissants avec les artistes. À la fin de l’été 1991, Tresor Records a commencé comme un label subsidiaire d’Interfisch Records (Clock DVA, Final Cut et Jeff Mills, Cosmic Baby, TV Victor) avec la sortie de “Sonic Destroyer” du trio Underground Resistance de Detroit.

La connexion Berlin-Detroit s’est avérée bénéfique et vitale pour les artistes et l’équipe berlinoise depuis l’époque Interfisch. Le label s’est avéré être une formidable plateforme pour divers projets tels que les sorties du Tresor Club Headquarters, la série housefloor de Globus Mixes, les légendaires compilations Tresor et les productions de certains des compositeurs, DJs et producteurs de musique électronique les plus respectés de Berlin et du monde.

Tresor Records se caractérise par le principe de ne pas sortir de musique dans la précipitation et sans discernement mais plutôt de mettre l’accent sur des collaborations à long terme avec ses artistes.

Dans plus de 260 parutions impliquant la participation de centaines d’artistes, qu’il s’agisse de parution unique ou d’artistes réguliers de Tresor, la devise “QUALITY INSTEAD OF QUANTITY” (en français : la qualité au lieu de la quantité) reste gravée sur les pierres souterraines de la légende Tresor.

Blueprint

Logo du label Blueprint
Logo du label Blueprint

James Ruskin, originaire de Londres, est à la tête de Blueprint Records depuis 1996, publiant un catalogue cohérent qui se distingue par sa conception sonore et ses breaks techno entêtants.

Le label a été le berceau des collaborations de Ruskin avec Regis (comme O/V/R) et Mark Broom, et a servi de tremplin à certains artistes contemporains plus récents comme Lakker, Sigha et Samuel Kerridge. Le dénominateur commun de ces albums est leur souci du détail ainsi que leur fervent engagement pour la techno britannique.

Basic Channel

Basic Channel un duo d’artiste allemand producteurs de musique électronique basé à Berlin. formé de Moritz von Oswald (né en 1962) et Mark Ernestus (né en 1963). Basic Channel est également le nom du label sur lequel la plupart des compositions du duo ont été publiées.

L’histoire de Basic Channel se lit comme celle de la dance music underground. Ils ont ni plus ni moins inventé la dub techno. Grâce à Hard Wax, le cofondateur Mark Ernestus a fait venir des disques de Detroit et de Chicago à Berlin. Leur travail exeptionel, qui englobe un univers de labels tels que Chain Reaction, M-Series, Burial Mix, Main Street Records et Rhythm & Sound, parle de lui-même. Pourtant, Ernestus et Moritz von Oswald ne parlent pas beaucoup du label qu’ils ont fondé il y a 25 ans, de sorte que leur héritage reste très obscur.

Basic Channel n’a pas uniquement inventé la Dub Techno, le duoa a également exploré de nombreux styles minimalistes et abstraits.

Sans eux, la techno ne serait peut-être pas autant prise au sérieux et reconnue à juste titre comme forme artistique.

Ce duo artistique fut un réel précurseur de la deep techno actuelle. Je vous invite à lire cet interview RA qui aide à cerner la vision du duo à l’occasion du 25ème anniversaire du label.

Vous aimerez également : Samples gratuits : les meilleurs packs à télécharger

Metroplex

Logo du label Metroplex
Logo du label Metroplex

Il est difficile d’imaginer à quel point le “No UFO’s” de Model 500 a dû sonné a sa sortie en 1985. Bien que Juan Atkins ait déjà sorti de l’électro futuriste au sein de Cybotron, c’est cette première sortie sur son propre label Metroplex qui a officiellement inauguré la première vague techno.

La production du label tout au long du milieu et de la fin des années 80, comme Night Drive et The Chase, constitue une part importante de l’ancien Testament de ce genre très personnel.

Mais bien que Metroplex soit souvent associé aux premières années de la techno, le label est resté actif jusqu’à nos jours.

Soma Records

Soma Recordings est un label techno et house basé à Glasgow, co-fondé en 1991 par le duo Slam. 28 ans après sa création, Soma a une réputation d’excellence constante dans l’industrie du disque, publiant continuellement de la musique électronique de qualité.

Soma est considéré comme l’un des meilleurs labels indépendants du Royaume-Uni et l’une des meilleures exportations musicales d’Ecosse. A ce jour, Soma a sorti plus de 500 singles et 100 albums de quelques-uns des plus grands noms de la musique électronique internationale.

Figure de proue du label, Slam ont fondé le label avec leurs amis Glenn Gibbons & Dave Clarke et ont ensuite forgé l’un des labels de musique électronique les plus connus et les plus respectés de la planète.

Très vite, Soma commence à développer son propre son avec des classiques comme l’intemporel ‘Positive Education’ de Slam et aide à lancer la carrière de nombreux grands artistes comme Surgeon, Envoy, Silicone Soul et Alex Smoke ainsi que la découverte du duo français Daft Punk qui sort ses premières sorties brutes sur le label en 1994.

Autres labels techno

Enrichir votre culture musicale vous aidera à afiner vos goûts et à élaborer vos DJ sets/productions.  Bien sûr ces 10 labels ne représentent qu’une infime partie de ce que représente la techno d’hier et d’ajourd’hui.

meme drumcode
Je n’ai rien contre le label Drumcode, ce même expose juste le fait qu’il y’a plein d’autres labels à conaître 🙂

Alors, si vous souhaitez étendre vos connaissances je vous invite également à vous interesser à ces autres labels :

Labels techno pionniers :

  • NovaMute, Plus-8, Transmat, Underground Resistance, Bunker, Force Inc, Rephlex, Peacefrog, Djax-Up-Beats, Synewave, Mosquito, Downwards, Ninja Tune, Sonic Groove, Ferox et Warp Records.

Labels Techno contemporains :

  • Lobster Theremin, Ilian Tape, Polegroup Recordings, Stroboscopic Artefacts, Taapion, Hypnus Records, Perc Trax, Dystopian, Token, Mord Records, Innversions, ARTS et Klockworks.

Amusez vous bien et bon digging !

Vous aimerez également : 7 Boîtes à rythmes pour faire de la musique électronique en 2019

N’hésitez pas à me faire des retours sur cet article si vosu avez des questions ou remarques. 🙂 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Write A Comment

*

code